Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 96 le Mer 7 Déc - 19:55

l’hydravion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l’hydravion

Message  marsouin Châtenay 92 le Mar 11 Mai - 8:43

Exposition «Les Ailes du Sud» pour les 100 ans de l’hydravion


L’association des peintres de l’air et de l’espace organise, en partenariat avec la ville de Marseille, l’exposition «Les Ailes du Sud» à la maison de l’artisanat des métiers d’art du 20 avril au 26 mai 2010.

«Le soir du vernissage, l'armée de l'air était représentée par le commandant des écoles d’officiers de l'armée de l'air, le directeur des équipes de présentation (EPAA), les membres de l'équipe de voltige (EVAA), deux pilotes, un mécanicien, et un officier du bureau armée de l’air dans la Nation (BAAN).» Cette exposition gratuite célèbre le centenaire de l’hydravion.




Le 28 mars 1910, il y a 100 ans, jour pour jour, Henri Fabre, un jeune ingénieur de 27 ans réalisait sur l’étang de Berre entre La Mède et Martigues, le premier vol mondial d’un hydravion, alors appelé, hydro aéroplane. Car l’hydravion est bel et bien une invention française. L’engin d’Henri Fabre, baptisé le «Canard», d’une envergure de 15 mètres, était équipé d’un moteur de 50 chevaux et de trois gros flotteurs. Ce 28 mars 1910, il vola sur 800 mètres avant de se reposer sur l’eau. Né à Marseille, en 1882, et issu d’une grande famille d’armateurs, Henri Fabre, n’était pas pilote à l’origine. Avant cette première mondiale, il n’avait jamais pris place à bord d’un aéronef, Henri Fabre, était ingénieur, simplement attiré par les progrès fulgurants de cette aviation naissance. «La main sur la manette d’admission, relatait l’ingénieur, je laissai l’appareil se lancer. Un des flotteurs arrière se souleva, je ralentis, et un réglage du point mort du gauchissement me permit de modifier l’incidence relative des deux ailes. J’accélérai de nouveau, cette fois les deux flotteurs arrière se soulevèrent en même temps, l’appareil s’équilibrant sur le flotteur avant, qui lui-même finit par quitter l’eau. J’étais en l’air, parfaitement stable, glissant sur cette mer d’huile ou bourdonnant à quelques mètres au-dessus d’elle dans l’atmosphère endormie, l’impression était la même.»
avatar
marsouin Châtenay 92
Admin

Messages : 857
Date d'inscription : 06/02/2009
Age : 64
Localisation : PERPIGNAN (66000)

Voir le profil de l'utilisateur http://famille-raphael.forumactif.com/forum

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum