Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 96 le Mer 7 Déc - 19:55

ARMEE - Crash de deux Rafale : le Brésil demande d'accéder à l'enquête ( sources le journal le Parisien )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ARMEE - Crash de deux Rafale : le Brésil demande d'accéder à l'enquête ( sources le journal le Parisien )

Message  marsouin le Sam 26 Sep - 10:47

ARMEE

Crash de deux Rafale : le Brésil demande d'accéder à l'enquête


Deux avions de combat Rafale se sont abîmés en mer Méditerrannée
jeudi au large de Perpignan. Un pilote a été repêché mais les recherches
se poursuivent pour retrouver le second.

MARINE NATIONALE


Aurélie Ladet | 24.09.2009, 20h14 | Mise à jour : 26.09.2009, 07h39

Alors que les recherches se poursuivent en Méditerranée, pour rerouver le pilote d'un Rafale qui s'est abimé en mer, le commandement de l'armée de l'Air brésilienne a demandé vendredi aux autorités françaises d'avoir accès à l'enquête. Le Brésil souhaite en effet acquérir des appareils de ce type pour moderniser sa force aérienne.

Le Rafale de Dassault est en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l'américain Boeing et le gripen NG du suédois Saab pour fournir 36 avions de combat multirôles aux forces aériennes brésiliennes, un contrat de plusieurs milliards d'euros. Les trois avionneurs ont jusqu'au 2 octobre pour améliorer leurs offres.

Le Rafale a la préférence du gouvernement brésilien

Un porte-parole de l'armée brésilienne a toutefois souligné que «l'accident ne changera en rien l'évaluation de la commission de la force aérienne» qui doit donner son avis technique sur les trois appareils en compétition. Le gouvernement a exprimé sa préférence pour le Rafale en raison des transferts de technologie sans précédent concédés par la France - et confirmés par le président Nicolas Sarkozy à son homologue Luiz Inacio Lula da Silva - mais les négociations se poursuivent néanmoins avec les deux autres constructeurs.

Le ministre français de la Défense Hervé Morin, qui s'est rendu vendredi sur le porte-avion Charles-de-Gaulle, auquel appartenaient les deux Rafale, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur le crash. Les deux avions de combat se sont abîmés jeudi au large de Perpignan (Pyrénées-Orientales). L'un des deux pilotes a pû être repêché «sain et sauf, avec juste quelques hématomes», a précisé la Marine nationale au Parisien.fr.

Quant aux causes de l'accident, la Marine estime qu'une collision en vol est «l'hypothèse la plus probable». «Le pilote repêché a raconté ce qu'il a vécu et l'hypothèse la plus probable est celle d'une collision en vol», assurait le capitaine de frégate Bertrand Bonneau, du Sirpa-Marine. Selon lui, les deux appareils se trouvaient encore à une soixantaine de kilomètres du porte-avions Charles-de-Gaulle, qu'ils s'apprêtaient à regagner, lorsqu'ils se sont abîmés en mer jeudi à 18h09.

Plusieurs bâtiments quadrillent la zone

D'importants moyens aériens et nautiques ont été déployés sur la zone pour retrouver le second pilote. Ce dernier totalise 5.000 heures de vol et est âgé de 45 ans, l'autre pilote, qui s'était éjecté et a pu être repêché «sain et sauf» ayant effectué 3.000 heures de vol à 40 ans.

«Les deux pilotes étaient en mission d'essai destinée à valider les capacités opérationnelles du groupe aéronaval. Les avions qui n’emportaient aucun armement, avaient décollé du porte-avion Charles-De-Gaulle. Au moment du crash, ils étaient sur le retour. Nous avons perdu le contact avec eux vers 18 heures, à environ trente kilomètres de Perpignan», explique la cellule de crise de la Marine nationale.

La zone de recherches est balayée par la frégate Courbet, une vedette de la gendarmerie maritime, trois hélicoptères Dauphin de la Marine nationale et un hélicoptère Ecureuil de la gendarmerie nationale. En outre, le remorqueur Abeille Flandres les a rejoints avec à son bord du matériel de recherches sous-marines et des plongeurs de la marine pour localiser les épaves des avions. Une enquête sera diligentée par la Marine nationale et par le bureau des accidents pour établir par la suite les causes du crash.

En décembre 2007, un autre Rafale s'était écrasé en Corrèze

Cet accident est le premier à frapper la version marine du Rafale, dont 17 exemplaires sont en service. Le premier accident frappant ce type d'avion s'était produit en décembre 2007, en Corrèze. L'avion avait décollé de la base aérienne de Saint-Dizier, en Haute-Marne, avant de se crasher sur la commune de Neuvic. Le pilote avait été retrouvé sans vie parmi les débris de l'appareil.

Une question se pose alors quant à la commercialisation prochaine du Rafale au Brésil, rendue officielle début septembre après la visite d'Etat de Nicolas Sarkozy, qui avait joué les VRP de luxe auprès du président Lula pour le compte de Dassault Aviation. Si le Brésil a annoncé vouloir acquérir 36 Rafale, rien pour l'instant n'est encore formalisé. Le contrat, de 4,5 Mds € à 5 Mds € n'a toujours pas été signé entre l’Elysée et le Brésil. Le crash, dont on ignore encore s'il s'agit d'une défaillance humaine ou technique pourrait peut-être nourrir malédiction du Rafale, qui n'a encore jamais été vendu à l'étranger.

le parisien.fr

marsouin
Admin

Messages : 839
Date d'inscription : 06/02/2009
Age : 63
Localisation : PERPIGNAN (66000)

Voir le profil de l'utilisateur http://famille-raphael.forumactif.com/forum

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum